Appel à l’alliance

Le comité 8 mars nous propose l’égalité sans limites comme thème cette année, un sujet qui invite à faire tomber les entraves à l’égalité. On l’a dit ici, on reconnaît absolument la pertinence du slogan, parce que les barrières à l’égalité, il faut les faire tomber. Sauf que les obstacles à l’égalité débordent du cadre du mouvement des femmes. On le voit chez LePen qui a tout le Front nécessaire pour faire concurrence au racisme de Donald Trump. On le voit chez nous, où des communautés autochtones sont toujours sans eau potable, en même temps que notre terreau nationaliste identitaire nous prouve sa fertilité avec ses poussées sanguinaires. Les exemples de discriminations foisonnent partout sur Terre et leurs réseaux racinaires s’entrecroisent : le mouvement féministe à lui seul n’arrivera pas à tout régler. AlliéEs recherchéEs au pc.

infini

  • Tic-tac, tic-tac, tic-tac 

Le thème de la Journée internationale des femmes se pose en symbole de tensions retenues par un tout petit point de rupture explosif. Il résonne comme le tic-tac d’une bombe à retardement, appelant de toute urgence à l’organisation de l’égalité universelle. Appelant qui ? Qui devrait organiser l’égalité ?

  • « On ne jouit bien que de ce que l’on partage »

Ce mandat doit être pris en charge par l’ensemble de la société civile. Le mouvement féministe en a déjà plein les bras. Messieurs, Mesdames, Personnes trans, Non-affiliéEs, Isolats d’humanité, joignez-vous à nous, mettez-vous aussi à l’ouvrage ! Il y a des limites à ce que notre mouvement peut porter sur son dos ! AlliéEs recherchéEs au pc.

L’égalité sans limites sera possible si, et seulement si, tout le monde est de la partie. 

png-1342117_960_720

  • Sexisme et antiféminisme en partenariat public privé (PPP) 

Dans l’espace public, les féministes se font rentrer dedans, malmener, tasser. On l’a vu dans l’actualité récente, avec le repos bien mérité qu’ont annoncé prendre trois chroniqueuses. Le départ précipité de Françoise David, pour épuisement, n’est pas non plus étranger au machisme ordinaire. L’utilisation popularisée des mots-clics #déciderentrehommes et #agressionsnondénoncées en témoigne tout autant. Les femmes et les féministes sont malmenéEs, voire violentéEs, dans l’espace public comme dans le privé. Le sexisme et l’antiféminisme traversent les milieux de travail, les familles, les écoles, les garderies, les hôpitaux, les villes, les églises, les temples, bref toutes les organisations. C’est un PPP historique ! Dans tous les milieux, alliéEs recherchéEs au pc.

  • Division sexuelle du travail

Les rôles sociaux de genre prévalent encore. Astheure, en plus de rapporter de l’argent au foyer, la majorité des femmes portent sur leurs épaules une trop grande part des responsabilités familiales et communautaires : éducation, entretien ménager, planification alimentaire, parentalité, services sociaux et soins de santé compris. Il est nécessaire de partager les tâches inhérentes à la vie domestique dans les foyers, dans les familles, dans les couples, dans les relations polyamoureuses, dans les communes, dans les cogestions de colocataires, dans les camps. Dans tous les habitats, alliéEs recherchéEs au pc.

  • Non-mixité et non-binarité : antinomique? 

Lorsqu’elles font partie de celles qui rejettent les rôles sociaux de genre, de celles qui relèvent leurs manches et refusent de se plier aux normes en vigueur en ce qui a trait à leur identité, les féministes ne sont pas pour autant libéréEs du sexisme. Au contraire, le sexisme devient encore plus violent. En quelque sorte, ces féministes se font souligner (par les humains autour) à quel point elles dérangent l’ordre établi, à quel point elles sont bizarres, à quel point leur apparence ou leurs comportements diffèrent de ce qui est prescrit comme conforme. Elles sont marginalisées à la fois par leur féminisme, à la fois par leur transgression des genres. Lisez bien l’usage du passif : elles ne se stigmatisent pas elles-mêmes, c’est leur environnement social qui le fait. Aussi, on pourrait être porté à croire que les espaces non mixtes représentent des havres de paix pour ces personnes, mais non, pas du tout. Disons que la non-mixité ne comprend pas grand-chose à la non-binarité et que ça paraît… on y reviendra plus tard. En attendant : dans tous les espaces féministes, alliéEs recherchéEs au pc.

  • Comment être unE bonNE alliéE?

Les féministes en parlent depuis longtemps, puisqu’elles s’appliquent à mettre en oeuvre les pratiques qu’elles souhaiteraient qu’on utilise avec elles. Les pratiques qu’elles ont développées sont capacitantes, collaboratives, participatives, horizontales. Il s’agit, grosso modo, de croire les femmes, de faire confiance à leur potentiel, de leur demander s’il est possible de les soutenir et de le faire sans toutefois agir ou penser à leur place. De nombreuses pages web en parlent de façon fort bien détaillée. Undeuxtrois, go !

Neutral-in-the-face-of-injustice
Image tirée du site Challenging Muslim Women’s Narratives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s